Dans le métro

25 11 2011

Son visage.





Madame ou mademoiselle?

15 11 2011

Au laboratoire médical:
– madame ou mademoiselle?
– madame.
– votre nom de jeune fille?
– c’est le même.
– ??
– je me fais appeler madame (eh oui chuis comme ça moi).
– ah mais non mais c’est pas pareil, je vous explique, c’est au niveau administratif, par exemple si on vous fait une carte de groupe sanguin.
– oui ben j’en ai une, j’ai accouché y a pas longtemps (allez je lui raconte ma life?)
– je mets mademoiselle?
– non, zavez qu’à mettre 2 fois le même nom.
– grumgromelgrumm.

Deux fois le même nom, autrement dit, « nom de femme mariée » qui ne l’est pas et « nom de jeune fille » qui est en fait le nom de naissance. Un petit peu d’absurde au quotidien ne fait point de mal.





Commencement

29 09 2011

Je lui nettoie la peau là où le lait a pu se déposer.

Combien de journées ensoleillées verra-t-elle? A quels jeux d’enfants jouera-t-elle?

Pour elle la vie commence.





Je suis un nouveau-né

19 09 2011

Comme toi, Mila. Je suis un nouveau-né.

Je pleure. Je trésaille dans mon sommeil. Je ne comprends pas bien ce qui se passe.

Je me suis préparée à l’accouchement, mais pas à la vie d’après. J’ai perdu tous mes repères. Je ne comprends pas la langue des gens qui m’aident et me soutiennent. Ils parlent entre eux, je ne peux me mêler à leur conversation.

Chaque jour dure une éternité. Chaque soir est un soulagement, une victoire.

Retrouverai-je mon univers d’autrefois? Je me sens seule, totalement perdue face à ma nouvelle vie. Dans une ville que je ne connais pas. Les poings fermés.  Mon nombril me chatouille.

Comme toi, ma vie a basculé un 5 septembre. A moins que ce soit un bon coup de vieux? J’ai 36 ans, pas quinze jours. Combien de temps cela va-t-il durer, Mila ? Toute la vie?…





Dans l’attente de l’enfant…

18 08 2011
Un escargot dans le jardin

Un escargot dans le jardin





Karine Stader

26 03 2011

Karine Stader





Des écoles à Madagascar avec Charles Gassot

25 03 2011
Ecoliers

Ecoliers - Tous droits réservés Ecoles du Monde

Charles Gassot, c’est un producteur de film. Il a créé sa société Téléma à l’âge de 22 ans. Mortelle randonnée, La vie est un long fleuve tranquille, Un air de famille, Tatie Danielle, Beaumarchais l’insolent… C’est lui qui finance.

Gassot a aussi produit le défilé du 14 juillet 1989 de Jean-Paul Goude, l’ouverture des Jeux d’Albertville en 1994, notamment.

Un jour il découvre Madagascar. Il a alors déjà croisé la misère en Inde et en Afrique, mais le dénuement de la brousse malgache le stupéfait. Et aussi la gentillesse des habitants, précise-t-il sur France Inter ce matin. Alors il se lance dans l’ « humanitaire » si souvent décrié. Des puits, des sanitaires, des écoles. Avec le souci d’impliquer des « nationaux », et de créer de l’autonomie par l’éducation.

Aujourd’hui son association Écoles du Monde a besoin d’argent et de compétences diverses, en matière de planning familial par exemple. Alors il mobilise des artistes célèbres pour une vente aux enchères parisienne, 100 briques pour Madagascar.

J’admire ce gars. Je n’ai pas le dixième de son énergie. Et si je l’avais je serais fière d’agir comme lui, librement, en conscience, en dépit des donneurs de leçons et des cyniques de ce monde.